Des centres d’action culturelle [en projet]

AU SERVICE DE LA CULTURE POUR TOUS : DES FOYERS DE VIE CULTURELLE ET ARTISTIQUE

Il est envisagé d’étendre le dispositif Culture en partage et de le structurer autour de centres culturels au fonctionnement souple et léger, les Foyers de vie culturelle et artistique (FOVICA), lieux décentralisés disposant chacun d’un équipement mobile de qualité pour les représentations de spectacle vivant (espace scénique, son, lumière) et d’une médiathèque numérique qui permettra d’en faire des pôles d’accès à la culture, à la connaissance et à la vie sociale.

MICHEL SANGARE et SIDY SOUMAORO « RAMSES »
MICHEL SANGARE et SIDY SOUMAORO « RAMSES »

 

Des foyers de culture et de vie sociale dans en Afrique occidentale et centrale, une ouverture sur les télévisions.

Afin d’atteindre une taille critique permettant de consolider le concept sur une échelle suffisante, les entreprises culturelles impliquées dans Culture en partage envisagent de créer un nombre significatif de FOVICA avec un focus particulier sur le Mali, la Centrafrique et le Cameroun où Culture en partage est déjà à l’œuvre. En prenant appui sur l’expérience de la compagnie malienne BlonBa, une des structures initiatrices du projet, Culture en partage pourra être source de programmes télévisés (captations ou programmes issus des spectacles) qui fourniront les chaines en programmes africains susceptibles d’étendre le bénéfice du projet à des dizaines de millions de personnes.

Le tournage de la série Cyber-Débrouille pour les chaînes africaines du groupe Canal + utilise le vivier de créateurs et d’artistes de Culture en partage. Des captations de qualité sont déjà à la disposition des chaînes de télévision et des médiathèques du continent.

La série Cyber-Débrouille
Le tournage de la série Cyber-Débrouille pour les chaînes africaines du groupe Canal + utilise le vivier de créateurs et d’artistes de Culture en partage. Des captations de qualité sont déjà à la disposition des chaînes de télévision et des médiathèques du continent.

 

Au delà de l’investissement initial, des ressources commerciales permettant l’autosuffisance au service d’une action culturelle d’intérêt général

Au delà de l’investissement initial qui permettra la mise en place des FOVICA, le fonctionnement de Culture en partage sera assuré de façon autonome. Sa première source de revenu est le dispositif original de diffusion des spectacles déjà éprouvé au Mali et en Centrafrique, basée sur des cartons d’invitation personnalisés offerts à des jeunes par des sponsors privés, publics ou associatifs. Chaque FOVICA sera doté d’un équipement scénique mobile qui pourra être loué pour des manifestations festives et accueillera, en dehors des tournées Culture en partage, des représentations payantes. Le fonctionnement des médiathèques numériques inclura des opérations commerciales : cyber, vente de liseuses, téléchargement de livres électroniques, édition, jeux, utilisation du matériel audiovisuel pour la réalisation de films sur des événements sociaux (mariages, baptêmes, festivités.) Les FOVICA abriteront également des « boutiques de Culture en partage » où l’on pourra acquérir des produits culturels et artisanaux.


L’Ideas Box, la médiathèque numérique mise au point par Bibliothèque sans frontières équipera tous les pôles de Culture en partage.
Decouvrez l’ideas box

 

Des partenariats privé-public et Sud-Nord d’un nouveau type

Culture en partage est une initiative issue de la société civile et de la communauté artistique des pays concernés. Le réseau travaillera à établir des partenariats avec les pouvoirs publics locaux, nationaux et internationaux. Il mettra par priorité ses équipements à la disposition d’initiatives conçues pour l’intérêt général dans un esprit de service public. Culture en partage souhaite travailler avec les partenaires du Nord engagés dans le co-développement du secteur culturel dans l’objectif de favoriser les échanges entre la création contemporaine en Afrique et ailleurs. Son fonctionnement financier est transparent, public et contrôlé.