Un outil pour la culture de paix

LA CHEVRE DE BOUBAKAR

Un spectacle de théâtre forum et des ateliers danse/vidéo autour de la réconciliation et de la résolution des conflits

Le concept :

La proposition, portée par Culture en partage à partir d’un spectacle de BlonBa, consiste dans des parcours d’action et de diffusion culturelle constitués d’ateliers de création artistique danse/vidéo couplés avec des représentations d’un spectacle de théâtre forum. La thématique du spectacle et des ateliers est la réconciliation et la résolution des conflits. Le dispositif est imaginé pour favoriser l’implication maximum des publics concernés autour de ces enjeux décisifs pour le Mali d’aujourd’hui.

Un spectacle de théâtre forum « La chèvre de Boubakar »

Chaque nuit, la chèvre de Boubakar parvient à s’échapper de son enclos et ravage le potager d’une voisine. Les enfants de la cultivatrice prennent l’animal au piège et l’amènent au chef du village. Celui-ci convoque Boubakar devant le conseil de village pour examiner les dommages et les réparations. Ce spectacle est composé d’une partie théâtrale où les faits sont représentés par un comédien, un comédien/danseur et un percussionniste. Puis c’est le public qui joue le rôle du conseil de village et la pièce se transforme en théâtre-forum, chacun étant invité à donner son avis sur la meilleure façon d’apaiser la dispute. L’histoire est emblématique de « la mère des conflits », les relations difficiles entre éleveurs et cultivateurs. Elle est l’occasion de travailler la question de la réconciliation et de l’apaisement des tensions sociales, dont l’urgence est aujourd’hui particulièrement ressentie par le Mali. Une version centrafricaine de La Chèvre de Boubakar a été créée à Bangui, fruit d’un fécond partenariat entre artiste du Mali et de Centrafrique. Ce spectacle tourne depuis dans la RCA grâce au parrainage d’agences de l’ONU, notamment la FAO.

 

Des ateliers sur le thème « Un jour où j’ai fait la paix »

Pour renforcer l’impact du spectacle, il peut être inscrit dans des parcours d’action culturelle constitués par des ateliers danse/vidéo qui se tiennent en amont des représentations et en reprennent la thématique.. Ces ateliers sont conduits par les artistes de La Chèvre de Boubakar (danse, comédie, musique). Ils réunissent des participants volontaires qui sont invités à chercher dans leur expérience « Un jour où j’ai fait la paix », c’est à dire l’histoire d’une réconciliation grande ou petite. Les différents témoignages sont exposés devant la caméra par celle ou celui qui les a vécus. A partir de ces modules vidéo de 3 à 5 mn, l’atelier recherche collectivement des gestes et/ou des danses qui peuvent en exprimer la substance. Un travail chorégraphique est engagé avec la personne qui a été filmée. Le module définitif est constitué d’un dialogue entre la vidéo projetée sur un écran et la chorégraphie interprétée en direct par la personne qui a donné le témoignage filmé.

 

Deux exemples de modules vidéo/danse « Un jour où j’ai fait la paix » :